D’après Wikipedia, le frugalisme « est un mode de vie consistant à mettre de l’argent de côté pour ensuite travailler moins et vivre mieux, quitte à gagner moins ».

En résumé, c’est ça. Mais essayons d’apporter plus de détails et de nuances à cette définition.

Deux phases distinctes

 

Le frugalisme peut se décomposer en deux phases. La première consiste à travailler, à temps plein idéalement, dans une entreprise ou à son compte afin de gagner le maximum d’argent chaque mois et d’en épargner une partie, la plus conséquente possible. Cette phase pourrait s’appeler la phase d’accumulation.

La deuxième phase, qu’on pourrait nommer phase de… jouissance! consiste à placer les revenus accumulés en phase d’accumulation dans différents types d’investissement (marchés boursiers, immobilier, business passif, etc) et de vivre des revenus générés par ces investissements.

La phase d’accumulation peut durer 10, 15, 20 ans selon votre capacité d’épargne et la phase de jouissance devrait théoriquement et idéalement durer à vie!

Une maîtrise des dépenses primordiales

 

Bien entendu, plus on gagne d’argent en phase d’accumulation, plus il est simple d’en mettre de côté. Mais il y a bien sûr le critère des dépenses à considérer également. Car logiquement, moins vous dépensez, plus vous pouvez mettre de côté. L’important pendant cette phase d’accumulation est donc d’optimiser les revenus mais aussi les dépenses.

Bien connaître et maîtriser ses dépenses est également nécessaire pour évaluer de quelle somme mensuelle vous aurez besoin pour vivre bien lors de votre phase de jouissance.

Car le frugalisme consiste avant tout à vivre selon ses dépenses et non selon ses revenus, comme la majorité des gens font aujourd’hui. Les habitudes de consommation actuelles font que, en général, lorsque vous obtenez une augmentation de salaire, votre niveau de vie augmentant, vous vous permettez alors de prendre un crédit voiture plus important pour acheter une voiture plus moderne, vous achetez également une maison plus grande et plus confortable car votre capacité d’emprunt a augmenté. Et en vacances, vous privilégiez une gamme d’hôtels et de restaurants supérieure. Cette habitude a pour effet de faire grimper vos dépenses avec le temps.

Le frugalisme va à l’encontre de cette philosophie de (sur)consommation et prône au contraire une consommation responsable, une consommation dont les dépenses n’augmenteront pas ou peu avec le temps car vous aurez au préalable identifié ce qu’il vous faut pour être bien dans votre vie.

A chacun son frugalisme

 

Il est important de préciser qu’il y a autant de frugalismes que d’individus… Je m’explique.

Certains pourront épargner 50% de leurs revenus en phase d’accumulation, d’autres « seulement » 20 %. Certains auront besoin de 50 000 euros par an pour vivre bien, d’autres, plus frugaux dans leurs habitudes prévoiront un budget de 20 000 euros par an. Certains souhaitent une retraite totale durant la phase de jouissance, d’autres pensent garder une activité lucrative à mi-temps par exemple.

Le but du frugalisme n’est pas nécessairement de se tourner les pouces en buvant des mojitos une fois la phase de jouissance atteinte, mais avant tout d’acquérir la liberté financière de faire ce que l’on souhaite pendant cette phase. Quelque chose qui a un vrai sens pour soi, faire du bénévolat, pratiquer une activité artistique, passer du temps en famille, lire beaucoup de livres, ou finalement pourquoi pas, se tourner les pouces en buvant des mojitos.

Ce que le frugalisme n’est pas nécessairement

J’ai entendu et lu beaucoup d’avis perplexes voire dédaigneux concernant le frugalisme. Pour certains, il faut nécessairement être une pince, un gros radin, un grippe-sou pour pouvoir mettre assez de côté pour vivre ensuite de ses investissements. Ou bien gagner 20 000 euros par mois si on dépense sans compter. 

Pour d’autres, profiter de la vie, c’est consommer, c’est acheter une grosse voiture, vivre dans la plus belle maison du quartier, voyager en hôtels 5 étoiles et se faire masser les pieds au ptit déjeuner. Ceux là ne comprennent donc pas comment on peut rouler en voiture d’occasion, partir en voyage en camping ou aimer se préparer son propre repas.

Pour d’autres enfin, le bonheur passe par le travail, le labeur, l’effort et ceux là ne comprennent pas la volonté des frugalistes de vouloir travailler moins et d’avoir plus de temps  pour soi.

Tout ça ne sont que des préjugés bien sûr car comme je l’explique plus haut, le frugalisme peut et doit être adapté au profil de chacun.

Pour ma part, par exemple, je refuse d’avoir une vie trop frugale, de compter chaque sou, de ne pas offrir de cadeaux, de ne jamais boire de coups dans un bar. J’aime au contraire aller au resto de temps en temps et je voyage beaucoup. Niveau revenus, je touche un salaire certes confortable mais pas mirobolant (en moyenne dans les 20% les mieux payés de la population) et je prévois de garder une activité lucrative, à mi temps par exemple, lorsque j’aurai quitté le monde de l’entreprise.

Pour vaincre les préjugés, il suffit simplement de garder en tête qu’atteindre la liberté financière dépend de plusieurs critères et qu’en étant raisonnable sur ces critères, la liberté financière peut être un objectif réaliste et non une utopie comme certains le prétendent.

En guise de conclusion

Pour conclure, je dirais que le frugalisme, au delà des calculs mathématiques, des choix de placements et de l’image d’avarice ou de luxe qu’il peut susciter, réinterroge nos habitudes de consommation et je dirai même notre vision du bonheur, en questionnant la place du matériel et la valeur du temps dans nos vies. Quand on est convaincu que le bonheur n’est pas proportionnel à l’argent qu’on dépense et qu’on peut se contenter d’un budget précis chaque mois, voulons nous vraiment passer 40 heures par semaine derrière un bureau et acheter un maximum de choses ou pourrait on se contenter de moins de choses et de moins d’argent mais aussi avoir plus de temps ?

C’est en ça que je vois le frugalisme comme une vraie philosophie de vie et non juste comme un truc de riche, de matheux ou de branleur… 

Une philosophie de vie qui demande patience, discipline, connaissance de soi et humilité. (Ok le côté super héros du site ca fait pas très humble mais bon … 😀 )

Et vous comment voyez vous le frugalisme ? Quel serait votre budget idéal pour être bien ?

Abonnez-vous à la newsletter !

Abonnez-vous à la newsletter !

 

Et recevez en exclusivité mes prochains articles ainsi que le détail de mes actifs et de mes investissements

( 2 à 3 emails par mois )

Merci! N'oubliez pas de valider votre inscription dans l'email de confirmation