Vous voulez atteindre l’indépendance financière et vous demandez combien vous devez accumuler pour vivre de vos placements ?

Une règle bien connue des planificateurs financiers et des adeptes du frugalisme permet de se faire une idée de cette somme « magique » en se basant sur le montant idéal que vous aimeriez toucher chaque mois à la retraite.

C’est une règle qui se base donc sur le montant de vos dépenses et non sur le montant de vos revenus d’avant retraite comme certains conseillers financiers le font.

Comme nous autres, frugalistes, sommes convaincus que la connaissance et le contrôle de nos dépenses sont une des clés de notre succès, cette règle est particulièrement adaptée à nos profils.

Cette fameuse règle s’appelle « la règle des 4%« .

Voyons d’où elle vient et comment l’utiliser dans votre cas.

 

L’origine de cette règle

 

La règle des 4% a été mise au point en 1994 par le conseiller financier William Bengen.

Après avoir étudié les données historiques des rendements des actions et des obligations de 1926 à 1976, il a considéré que les retraités pouvaient vivre au moins 30 ans en retirant chaque année 4% de leur portefeuille.  Et ce même en traversant les différentes crises économiques de cette période.

Cette règle a été reprise et confirmée par trois professeurs de l’université Trinity en 1998 via l’étude Trinity (plus de détails ici). Ces chercheurs ont depuis mis à jour leur étude en intégrant les données financières jusqu’en 2009.

D’après cette règle, 4% de vos placements sont donc théoriquement suffisants pour vivre de ces placements.

Dit autrement, cela signifie qu’il vous faudra accumuler assez d’argent pour que ces 4% correspondent au montant annuel de vos dépenses.

Le corollaire de cette règle est de multiplier par 25 le montant annuel de vos dépenses pour arriver à la fameuse somme magique.

Quelques exemples

Plus concrètement, imaginons 3 profils de prétendants à la retraite anticipé :

Profil 1 :

Jean-Claude, célibataire de 37 ans, souhaite partir à la retraite à 45 ans et aimerait toucher une rente de 1500 euros par mois pour vivre tout le reste de sa vie. Il est plutôt frugal et considère que cette somme est bien suffisante pour couvrir ses besoins. En plus, son appartement sera payé entièrement avant sa retraite.

1500 euros par mois équivalent à 1500 x 12 = 18 000 euros par an

Pour obtenir des revenus passifs suffisants, Jean-Claude devra donc accumuler :

18 000 x 25 = 450 000 euros avant de penser à la retraite.

Profil 2 :

Chloé, elle, a 26 ans. Elle envisage de passer à mi-temps à 35-40 ans pour avoir du temps pour ses passions artistiques. Mais pour ça elle aimerait compléter ses revenus avec un revenu passif de 1000 euros par mois.

1000 euros par mois équivalent à 1000 x 12 = 12 000 euros par an

Pour obtenir des revenus passifs suffisants, Chloé devra donc accumuler :

12 000 x 25 = 300 000 euros avant de passer à mi temps l’esprit tranquille.

Profil 3 :

Pierre et Aurélie, 40 et 42 ans, sont en couple depuis 15 ans. Ils ont deux enfants et occupent des très bons postes. Ils aimeraient changer de carrière à leurs 50 ans mais en gardant le même niveau de vie qu’actuellement. Leurs dépenses s’élèvent à 3500 euros chaque mois.

3500 euros par mois équivalent à 3500 x 12 = 42 000 euros par an

Pour obtenir des revenus passifs suffisants, Paul et Marie devraient donc accumuler selon la règle des 4% :

42 000 x 25 = 1 050 000 euros avant de pouvoir changer de carrière sans stress.

Ces sommes peuvent vous paraître énormes et inatteignables, mais dans un prochain article je reprendrai les profils de Jean-Claude, Chloé, Pierre et Aurélie en montrant comment ils peuvent arriver à cette somme. Ça peut aller beaucoup plus vite qu’on ne le pense en faisant les bons choix, et grâce à l’effet des intérêts composés notamment.

Les limites de la règle des 4% 

Cette règle ne délivre bien sûr pas la vérité absolue et doit uniquement être utilisée pour avoir une idée théorique de la somme à accumuler selon vos dépenses.

Elle ne tient pas compte par exemple de certains aléas économiques qui peuvent impacter significativement un portefeuille. Par exemple, si vous partez à la retraite l’année d’un krach boursier, il y a des chances que votre portefeuille en prenne un coup et qu’il lui faille plusieurs années pour récupérer son niveau d’avant crise.

Pour éviter cela, il est conseillé :

  • de réduire son risque progressivement à l’approche de la retraite

  • de garder 2 à 3 ans de dépenses en cash afin de pouvoir attendre que les marchés se refassent après la crise. Ces 2 à 3 ans de dépenses pourront être accumulés pendant les années qui performent bien et serviront ensuite de matelas pour amortir les soubresauts des marchés

  • d’être flexible sur la date de départ à la retraite. Si la conjoncture n’est pas idéale, autant la reporter de quelques mois / années pour la débuter plus sereinement

  • d’adapter vos dépenses à la situation en décalant si nécessaire certains achats ou voyages ou en partant vivre dans un pays au niveau de vie moins cher. Après tout, les frugalistes sont doués pour trouver les bons plans et optimiser leurs dépenses, ça ne devrait pas changer pendant la retraite 😉

De plus, cette règle a été élaborée sur la base d’une retraite de 30 ans, mais c’est insuffisant pour les apprentis retraités que nous sommes qui espèrent bien profiter de leur retraite plus de 40 ans!

Pour vous rassurer, ces 4% représentent le scenario « du pire ». C’est à dire que c’est le taux minimum auquel 100% des simulations terminent en succès. Donc dans 90-95% des cas, ce taux permettra aussi de vivre jusqu’à la fin de vos jours. La différence est minime rendu à ces durées.

Mais si cela ne vous rassure toujours pas, dites vous que vous ne serez probablement pas sans toucher le moindre euro provenant d’autres sources dans les 40 prochaines années (travail à temps partiel, héritage, plus-value immobilière, retraite gouvernementale, etc).

Et si cela vous semble toujours trop risqué, vous pouvez utiliser un taux encore plus prudent de 3,5% au lieu de 4%. Dans ce cas, il vous faudra multiplier vos dépenses annuelles par 30 et non 25. Et là vous êtes protégés à vie!

Pour aller plus loin

Pour les plus curieux, et les plus matheux ^^, vous pouvez simuler vos propres scenarii sur le site https://www.firecalc.com/ en rentrant vos paramètres personnels (âge de départ à la retraite souhaité, durée, type de placement, revenus supplémentaires, etc). Vous pourrez alors estimer si la situation que vous planifiez est viable ou non.

Tentez plusieurs scenarii pour trouver le bon, c’est très inspirant!

Allez, à vos calculs, quel est votre chiffre magique à vous ?

A bientôt!

Votre dévoué Frugalman ?

Abonnez-vous à la newsletter !

Abonnez-vous à la newsletter !

 

Et recevez en exclusivité mes prochains articles ainsi que le détail de mes actifs et de mes investissements

( 2 à 3 emails par mois )

Merci! N'oubliez pas de valider votre inscription dans l'email de confirmation