Voilà maintenant 1 mois que j’ai quitté le Canada pour me réinstaller en France avec ma petite famille. Ce premier mois a été l’occasion de lancer pleins de démarches administratives, d’acheter une voiture, de commencer la recherche d’emplois et surtout de retrouver avec plaisir notre pays et nos familles 🙂

Après un mois, je commence aussi à mieux identifier les différences entre la France et le Québec concernant les revenus et les dépenses. Dans un projet d’indépendance financière comme le mien, ces deux points sont très importants à analyser et comparer ma nouvelle vie avec l’ancienne va me permettre de mieux anticiper les forces et les faiblesses de chacune et potentiellement d’en optimiser ou d’en limiter certains aspects pour au final continuer à dégager un maximum d’épargne.

Je vous propose donc dans cet article de passer en revue les principaux postes budgétaires qui me semblent importants dans notre situation et de comparer les chiffres des deux pays, France et Québec (Le Québec n’est pas un pays certes, mais presque 😊)

Il s’agit là d’un point de vue subjectif forcément, les critères de comparaison correspondent à ma situation personnelle. N’hésitez donc pas à ajouter vos commentaires en bas de cet article si vous n’êtes pas d’accord ou si vous pensez que j’oublie des points importants 🙂

 

Les salaires

 

Je vais comparer ici les revenus provenant du travail, le salaire donc. J’exclus les dividendes et les revenus locatifs qui ne dépendent pas seulement du pays.

Sur ce point, je suis tombé de haut quand je me suis à nouveau retrouvé confronté à la réalité du marché français. Mes recherches d’un poste en analyste informatique senior / chef de projet dans la région de Nantes m’ont en effet situé à un salaire compris entre 45 et 50k €, soit environ entre 67 et 75k $CAD. Ce salaire correspond au salaire auquel j’ai commencé en arrivant au Québec il y a 6 ans… Et à une baisse d’environ 25% par rapport à mon dernier salaire. Je vais donc malheureusement devoir concéder un très gros sacrifice sur ce point.

Concernant ma conjointe, elle devrait s’en sortir un peu mieux avec une baisse de « seulement » 10-15%.

Il s’agit là du salaire brut. Quand on enlève les prélèvements obligatoires et les impôts, j’estime la retenue à peu près équivalente dans les deux pays, soit environ 30 à 35%. J’approfondirai mon analyse des salaires quand j’aurais reçu ma première paie.

Sur le point des salaires, gros avantages au Québec donc!

Le logement

 

Nous n’avons pas encore trouvé de logement dans notre future ville qui sera très probablement Nantes dans l’ouest de la France. Nous avons cependant déjà une bonne idée des prix pratiqués à la location et à l’achat.

A la location, que nous allons favoriser, dans un premier temps au moins, les prix se situent entre 12 et 14 euros du m2 selon la localisation.

Cela représente entre 18 et 21 $CAD par m2. Il n’existe malheureusement pas de statistiques précises au m2 ou p2 au Québec (si vous en trouvez je suis preneur 🙂) mais si j’en crois cette étude de la RCLALQ, le loyer moyen à Montréal est de 1258$ et de 1563$ pour un 5 et demi (équivalent d’un T4 en France). Si on estime la taille moyenne d’un 5 et demi entre 85 et 100m2, cela nous donne un loyer moyen au m2 entre 15 et 18 $CAD.

Si je compare ce chiffre avec notre condo de 93 m2 (1000 p2) vendu récemment à Montréal, nous pouvions le louer facilement 1500 $CAD, ce qui représentait 16 $CAD du m2, la fourchette de 15 à 18 $CAD au m2 paraît donc plutôt pertinente.

Nous serions donc entre 18 et 21 $CAD par m2 à Nantes et entre 15 et 18 $CAD à Montréal, il semblerait donc qu’il nous faille faire un effort sur ce poste de dépense également!

Léger avantage au Québec donc.

 

Les transports

 

Sur ce point je vais principalement parler du coût lié à l’utilisation d’une voiture et des transports en commun, qui sont les deux moyens de transport que nous utiliserons le plus.

Concernant la voiture, énorme différence de prix sur le carburant entre les deux pays. Au Québec, le prix fluctue entre 1$ et 1.30 $CAD le litre, en France il se situe en ce moment à environ 1.45 pour le Sans Plomb 95, soit environ 2.15 $CADQuasiment le double!!!

L’essence est en effet énormément taxée en France et le pays ne produit pas de pétrole, ce qui en fait un des pays où l’essence est le plus chers du monde (9e en 2018)

Il faut ajouter à ça le prix des autoroutes. Au Québec elles sont majoritairement gratuites mais en France elle coûte en moyenne entre 0.07 et 0.10 euros du km, ce qui représente un budget important en voyage

N’ayant jamais eu de voiture au Québec je ne peux malheureusement pas comparer le prix des assurances auto. Pour info, celle que nous avons trouver en France est de 600 par an, soit environ 900 $CAD, n’hésitez pas à donner le coût de votre assurance en commentaire pour comparer.

Cependant, en France, le permis de conduire ne se repaie pas chaque année, l’immatriculation non plus et les dépenses liées aux pneus sont moins importantes!

Concernant les transport en commun, le prix du pass mensuel à Montréal était de 83 $CAD soit environ 55 , à Nantes il est de 55 également…

Avantage donc une nouvelle fois pour le Québec en particulier pour le prix de l’essence et des autoroutes.

 

L’épicerie, nourriture et boissons

 

Après un mois d’épicerie en France, je constate des prix plus bas qu’au Québec, à qualités équivalentes, sur de nombreux produits de base, comme les fruits et légumes, les laitages (beurre, fromage, yaourts), le pain, l’alcool. La viande et le poisson me semblent également moins chers, toujours à qualités égales.

Un des bons côtés de la France est la richesse de ces marchés locaux qui permettent aux différents producteurs de proposer leurs produits sans intermédiaire. Ce qui donne la possibilité au consommateur de se procurer des produits de qualité à des prix raisonnables avec un large choix.

Je constate également que la gamme de biens de consommation divers comme les cosmétiques, les vêtements, les équipements pour enfants, est plus large qu’au Québec, c’est à dire que selon moi d’avantages d’options sont proposées aux clients, de l’entrée de gamme au haut de gamme avec des prix pour tout le monde. L’entrée de gamme étant de plus souvent une très bonne option niveau qualité.

Sur ce point, je donnerai donc l’avantage à la France!

 

La garderie

 

Ayant un fils de 16 mois, nous explorons en ce moment les différentes options de garde d’enfant qu’offre la France. Il y en a plusieurs, les crèches publiques et privées, les assistantes maternelles, les nounous à domicile, etc. La solution la moins chère, la crèche subventionnée, nous reviendrait à environ 550 – 600 € par mois, soit environ 800 – 900 $CAD… 

De plus, cette option la moins chère est aussi forcément la plus prisée, les places sont donc rares et nous n’en aurons sans doute pas pour la rentrée de septembre. Nous devrons donc probablement payer une assistante maternelle entre 600 et 700 € par mois…

Au Québec, notre garderie privée nous revenait, après subventions, à seulement 400 $CAD par mois, soit environ 260 …!

Enorme avantage donc au Québec sur ce point!

 

Pour conclure

 

En comparant ces différents critères, on arrive donc à une victoire écrasante du Québec par 4 à 1…

Encore une fois, ces critères de comparaison ont été choisis de manière subjective puisque je les ai choisis pour leur importance dans notre nouvelle situation. Tout le monde n’a pas de voiture ni d’enfant à charge par exemple. Mais je pense qu’ils restent pertinents pour de nombreuses personnes et qu’avoir un point de vue dessus pourra en éclairer certains.

De plus, il s’agit là de premières impressions et des analyses plus approfondies sur certains points pourraient peut être m’amener à changer d’avis.

Je suis donc conscient que notre niveau de vie va considérablement diminuer par rapport à celui que nous avions au Québec. Et heureusement, l’argent n’a pas été l’argument numéro 1 pour notre retour en France.

Ce sujet reste cependant très important dans mon objectif d’indépendance financière et il va me falloir suivre mon budget de près pour l’optimiser au maximum et ainsi continuer de dégager un maximum d’épargne chaque mois.

Mon taux d’épargne au Québec tournait autour des 50%, j’espère pouvoir atteindre un taux d’épargne de 30% ici en France. L’avenir nous dira si je suis dans le bon ou à côté de la plaque 😊

En tout cas, restez connecté pour connaître la suite des épisodes!

A bientôt,

Frugalman 🚀

 

Quelles sont vos impressions sur les catégories que je liste ci-dessus ? Avez-vous vous aussi pu comparer les modes de vie au Québec et en France ? 

 

 

Abonnez-vous à la newsletter !

Abonnez-vous à la newsletter !

 

Et recevez en exclusivité mes prochains articles ainsi que le détail de mes actifs et de mes investissements

( 2 à 3 emails par mois )

Merci! N'oubliez pas de valider votre inscription dans l'email de confirmation