Tout bon frugaliste se doit de maîtriser et d’optimiser ses dépenses afin de dégager chaque mois le montant d’épargne le plus conséquent possible ?

Dans ce nouvel article, je vous propose de passer en revue les principaux postes de dépenses d’un foyer et d’identifier ce qui fait la différence entre des dépenses exagérées et des dépenses maîtrisées.

Si vous souhaitez vous rendre directement au poste qui vous intéresse, en voici la liste :

  • Le logement
  • Les transports
  • L’alimentation
  • Les sorties
  • Les enfants
  • Les voyages
  • Le matériel et les frais récurrents

 

Dépense #1 – Le logement

 

Le logement est sans conteste le poste de dépenses n°1 des foyers français avec 31% des dépenses totales (source).

Je ne reviendrai pas ici sur la question d’être propriétaire de sa résidence principale ou pas, je vais simplement parler du budget à ne pas dépasser selon moi aussi bien en location qu’en achat, et comment faire pour rentrer dans ce budget.

Dans le cas de la location, essayez de ne pas dépasser 25% de votre salaire net.

Si vous êtes jeune et célibataire, favorisez la colocation, au moins quelques années. En plus d’y faire des économies, vous y ferez de chouettes rencontres et de belles expériences ?

Si vous décidez d’acheter votre résidence principale, les banques vous autorisent en général à vous endetter à hauteur de 33% de vos revenus nets. L’idéal selon moi est de ne surtout pas dépasser ces 33% après avoir intégré également toutes les dépenses liées à l’achat de sa résidence principale, soit :

 

  • Les impôts locaux. Les taxes foncières et d’habitation peuvent rapidement se chiffrer en milliers d’euros chaque année. Prenez les en compte dans le calcul de votre endettement.
  • Les frais mensuels. Electricité, chauffage, eau, estimez au mieux ces dépenses avant d’acheter et intégrez les également.
  • L’entretien régulier de votre bien. Si possible, gardez vous une petite marge de manoeuvre pour les petits entretiens annuels de votre bien (petites rénovations, réparations ponctuelles, location de matériel d’entretien, etc). Il serait dommage que ces frais viennent gratter votre épargne le moment venu.

 

Intégrer ces dépenses dans le calcul de votre capacité d’endettement réduira certes le montant que vous emprunterez à la banque mais augmentera votre capacité d’épargne dans le futur.

Dans un deuxième temps, le prix de votre logement dépendra en grande partie de sa localisation. Plus central et proche des transports en commun, il sera logiquement plus cher. Dans ce cas :

 

  • Misez sur les quartiers ou communes en devenir. Les quartiers populaires en mutation biens desservis par les transports, les communes dans lesquelles des programmes de réhabilitation se lancent ou celles qui seront bientôt reliées au réseau de transport en commun offrent souvent des bonnes opportunités immobilières. Les prix au m2 et les loyers y sont moins chers et à la revente, vous pourriez espérer une plus value intéressante.
  • Intégrez les prix du transport dans votre recherche. Le choix de votre futur chez-vous aura des conséquences sur la façon dont vous vous déplacerez par la suite. Si vous êtes éloignés des transports, il y a de grandes chances que vous ayez besoin d’acheter une voiture. Dans ce cas, cela peut devenir intéressant de payer un logement un peu plus cher mais d’éviter de grosses dépenses de transport.

A vous de trouver le bon compromis!

 

 

Dépense #2 – Les transports

 

Ce poste de dépenses n’est pas le deuxième plus important des foyers français (c’est le troisième en réalité) mais ça m’arrangeait de le placer en second pour ma transition ?

Comme dit plus haut, il existe un lien logique entre le choix de votre logement et le budget que vous allouerez ensuite aux transports.

Il vous faudra encore une fois trouver le bon compromis entre prix du logement et dépenses de transport.

De mon point de vue, l’idéal est bien sûr de ne pas avoir de voiture. Et si vous ne pouvez vraiment pas vous en passer d’une, essayez autant que possible de ne pas en avoir deux! Et donc de choisir votre logement en conséquence.

Une voiture est en effet un poste de dépense faramineux. Le budget auto moyen des français est de plus de 6000 euros par an (source). Ce montant épargné chaque année et placé en bourse sur 20 ans représente tout simplement une somme finale de 270 000 euros!!!

Faites donc tout pour n’avoir qu’une seule voiture au maximum. Voici quelques solutions pour se passer d’une seconde voiture :

 

  • Prenez les transports en commun bien sûr! C’est économique, écolo et pratique.
  • Faites du vélo! Le vélo c’est écolo aussi, c’est tendance, ça permet de s’aérer, de s’entretenir physiquement et de maintenir une énergie active. Que des bienfaits! Et si vous ne voulez pas arriver en sueur le matin au travail, optez pour un vélo électrique!
  • Pensez covoiturage. Essayez de trouver des amis, des collègues, qui font des trajets similaires au vôtre. Ou utilisez les sites de covoiturage comme Blablacar!
  • Utilisez les services d’autopartage si votre ville le propose, comme Communauto à Montréal.
  • Déposez la famille! Pour éviter d’acheter une deuxième voiture, amenez votre mari/femme/enfant à la station de transport la plus proche. Ça vous demandera peut être plus d’effort et de temps que si vous aviez une deuxième voiture, mais est ce que cela vaut vraiment 6000 euros par an ? 
  • Et si malgré toutes ces options, vous avez quand même besoin d’une voiture de temps en temps, louez là!

 

Si malgré tout, vous avez quand même besoin d’une voiture (je vais moi même en acheter une à mon retour en France, après plus de 10 ans sans), achetez là surtout d’occasion et comptant. Une voiture neuve perd 20% de sa valeur la première année d’utilisation (source)… alors on oublie les voitures neuves et les crédits voiture.Restez raisonnable et libre de tout engagement!

 

Dernier point…Evitez le plus possible le recours régulier aux Uber, taxi, VTC, etc. Un frugaliste ne doit pas payer si cher pour se déplacer, il y a d’autres solutions ?

 

Dépense #3 – L’alimentation

 

Il s’agit en fait du deuxième poste de dépenses des français avec 17% des dépenses totales.

Niveau alimentation, le secret d’un panier au prix raisonnable est le « fait maison ». Achetez vos produits bruts et transformez les vous mêmes. D’une, vous les paierez moins cher, de deux vous mangerez certainement plus sainement que les plats préparés bourrés de sel et d’acides gras et de trois, vous apprendrez à cuisiner. Ajouter une nouvelle corde à son arc est toujours bénéfique pour le futur, surtout pour un frugaliste!

Quelques autres astuces en vrac :

  • Comparez les points de ventes de produits frais. Le supermarché, le marché, la boucherie du coin, allez rendre visite à tout ce beau monde régulièrement et petit à petit vous sortirez les bons plans. Mais attention, ne misez pas tout sur le prix le plus bas non plus, la qualité est importante aussi ?
  • Gardez un oeil critique sur ce que vous achetez. Cela peut paraître surprenant comme point mais on garde parfois des habitudes de consommation qu’on ne remet jamais en cause mais qui nous coûtent un bras chaque semaine sans le savoir. Par exemple, les 3 paquets de céréales à 5 euros pièces qu’on finit en une semaine ne pourraient ils pas être remplacés par des céréales plus économiques ? 
  • Gardez un oeil sur les produits en solde. Sans devenir fou non plus, surveillez régulièrement les bons plans et même s’ils ne concernent pas des produits que vous avez l’habitude d’acheter, c’est l’occasion de les tester!
  • Faites vos courses sans vos enfants ? Car oui, ils voudront toujours que vous achetiez le truc cher et inutile du magasin!!

Dernier point…Evitez les achats réguliers sur UberEats, Foodora, Justeat etc. Un frugaliste ne doit pas payer si cher pour manger, il y a d’autres solutions ?

 

Dépense #4 – Les sorties

 

Il s’agit à mon avis d’un des postes de dépenses les plus critiques quand on est jeune. C’est celui qu’on surveille généralement le moins et sur lequel on pourrait faire le plus d’économie.

Ok, sortir dans des bars avec ses amis, c’est très sympa. Aller en boîte et payer des bouteilles d’alcool à 100 euros c’est jouissif (humour cynique) mais ne pourriez vous pas réduire ces dépenses de manière significative ?

  • Allez plutôt chez vos amis. Au lieu de sortir 3 ou 4 fois par semaine dans des bars ou boîtes, pourquoi ne pas vous recevoir plus souvent les uns chez les autres. Cuisinez vous des bons repas (avec des produits frais pas trop chers, voir dépenses #3 ? ), ça vous coûtera nettement moins cher et vous discuterez de choses certainement bien plus intéressantes et enrichissantes que dans une boîte. 
  • Limitez les restaurants. Je suis le premier à adorer aller au resto mais n’y aller qu’une fois par semaine au lieu de 2 ou 3 réduit déjà drastiquement vos dépenses. 
  • Préférez les endroits simples et authentiques. Le bar du coin qui sert des pintes à 4 euros et qui a en plus une ambiance simple et décontractée est pour moi bien plus attirant qu’un bar fancy prout prout qui sert des mojitos à 18 euros. Idem pour les restos. Chacun ses goûts bien sûr et une fois de temps en temps, un resto ou un bar classe, ça peut faire plaisir. Tout est question d’équilibre.
  • Gardez un oeil critique sur vos achats. Franchement, payer une bouteille de vodka 100 euros dans une discothèque alors que vous la payez 18 euros chez Carrefour, est ce bien raisonnable?!

Dernier point…Evitez le recours régulier aux Marlboro, Lucky Strike, Camel… Un frugaliste ne doit pas payer si cher pour paraître cool (en plus, c’est même plus cool), il y a d’autres solutions ?

Dépense #5 – Les enfants

 

Vos enfants sont ce que vous avez de plus cher… mais ce n’est pas une raison pour qu’ils soient ce qui vous coûte le plus cher! 

Quand ils sont bébés :

  • N’achetez pas de vêtements neufs. Récupérez en un maximum auprès de la famille, des amis, des voisins, achetez usagé sur leboncoin, marketplace, etc
  • Ne les gâtez pas trop! Un bébé n’a pas besoin de dizaines de jouets… un rouleau de sopalin est souvent bien plus amusant

Quand ils sont enfants :

  • Ne les habituez pas aux achats compulsifs. Les achats de bonbons, de jouets ou de magazines à chaque sortie au supermarché, c’est non!
  • Ne les habituez pas aux marques. Ont ils vraiment besoin de n’avoir que des Nike, des Ralph Lauren ou des Airness ? Pour paraître cools auprès des autres ?
  • Ne les gâtez pas trop! Je vous renvoie vers un paragraphe écrit à ce sujet dans mon article sur les achats de Noël

Quand ils sont ados :

  • Faites les travailler pour obtenir ce qu’ils veulent. Le téléphone cellulaire, le scooter, la voiture… Faites leur comprendre que ça ne tombe pas du ciel et qu’ils devront travailler pour les obtenir. En plus de vous coûter moins cher à vous, ça les aidera pour plus tard.
  • Habituez les à la vraie valeur des choses. Par exemple, confiez leur un argent de poche mensuel et dites leur de se débrouiller avec ça. Ils prendront d’avantage conscience de la valeur des choses et mettront en place des bonnes pratiques en finances personnelles.
  • Faites les arrêter l’école dès 16 ans et envoyez les travailler. Je plaisante biensûr ?

 

Dépense #6 – Les voyages

 

J’entends par dépenses de voyage aussi bien les voyages longue distance sur deux ou trois semaines que les courts séjours à 2 heures de chez vous le temps d’un weekend.

La tentation est forte lors de ces escapades de « se faire plaisir » et de faire chauffer la carte bancaire parce qu’« on l’a bien mérité ». C’est certain qu’on l’a bien mérité, mais claquer des centaines voire des milliers d’euros sur quelques jours, est ce vraiment le meilleur moyen de se faire plaisir ?

Personnellement, je suis énormément parti en voyage dans ma vie, que ce soit dans des pays au coût de la vie élevé, Etats-Unis, Australie, Nouvelle Calédonie, que très peu chers comme les pays d’Asie. Je suis même parti 6 mois en tour du monde pour un budget total de 8000 euros dont 3000 euros de billets d’avions. Et j’aurais pu m’en sortir pour beaucoup moins si j’avais voulu faire vraiment attention.

Certains dépensent ces 8000 euros en 3 semaines de voyage pour « se faire plaisir » dans des hôtels, des voyages organisés, des grands restaurants.

Je suis également très souvent parti en Europe le temps d’un weekend, ou ces dernières années au Québec avec ma conjointe. Nous avons parfois dormi dans des superbes hôtels (principalement quand ma conjointe avait des nuitées gratuites avec son travail ?) Sinon, voici comment nous limitons nos dépenses :

 

  • Tout organiser soi même. Aujourd’hui avec internet, tout est à portée de quelques clics. Il est très facile de planifier son voyage soi même, de trouver les points d’intérêt de la région, des logements peu chers et bien situés, de comparer les prix des vols, etc. Alors lancez-vous!
  • Utilisez Couchsurfing ou Airbnb pour vous loger. Ces deux plateformes offrent la possibilité de loger chez des locaux la plupart du temps. Gratuitement pour le premier et parfois peu cher pour le second. L’expérience est bien plus authentique que dans des hôtels, et les souvenirs bien plus mémorables!
  • Mangez comme un local. Essayez de dénicher les petits boui-bouis dans lesquels les locaux eux mêmes mangent, les stands de rue, les marchés, les food courts. Vous goûterez alors la nourriture locale à des prix beaucoup moins excessifs que les restaurants à touristes.
  • Utilisez les transports locaux. Encore une fois, pour vous déplacer, jouez la carte du local. Les bus, les tuk tuks, la marche à pieds, le vélo, les transports en commun, rien de tel pour vivre un pays de l’intérieur.
  • Ramenez des souvenirs s’ils ont du sens pour vous. Et ne vous sentez pas obligé d’acheter des trucs inutiles dans des boutiques à touristes pour vous et toute votre famille. 

 

Attention, je ne juge pas les personnes qui aiment les voyages organisés, les beaux hôtels, les restaurants à tous les repas et qui ne souhaitent pas se mélanger à la population locale. J’aime moi aussi les beaux endroits, me faire dorloter et j’en ai bien sûr déjà profité! Il faut simplement avoir en tête que voyager uniquement de cette façon peut vite revenir cher et n’est pas forcément compatible avec une démarche frugaliste.

 

Dépense #7 – Le matériel et les frais récurrents

 

Je finis avec un poste de dépenses un peu fourre-tout désolé! Mais je ne pouvais pas passer à côté.

Je place dans le matériel tout ce qui est vêtements, jouets, meubles, appareils électroniques, tout ce que l’on consomme mais qui n’est pas vital au quotidien en quelque sorte.

Concernant les frais récurrents, j’entends par là les abonnements cellulaires, les abonnements aux chaînes de TV, aux salles de sport, aux sites web en ligne. Ces abonnements qu’on paie chaque mois, qui se renouvellent parfois tout seuls et qu’on ne surveille plus! 

Je place aussi dans ces frais récurrents le café et le paquet de cigarettes à 10 euros que vous achetez peut être chaque matin avant d’aller travailler.

Voici quelques trucs pour tous ces petits parasites qui bouffent votre épargne ?

  • Surveillez vos comptes. Allez voir vos comptes en ligne au moins 2 à 3 fois par semaine, faites l’exercice d’ identifier chaque dépense que vous voyez et de pouvoir expliquer pourquoi elle est nécessaire.
  • Calculez le montant annuel de ces dépenses. Vos abonnements à vos chaînes de sport vous coûtent 500 euros par an et vous regardez 3 matchs par mois ? Supprimez les.
  • Demandez vous « en as tu vraiment besoin? ». Pierre-Yves McSween, un auteur québécois a écrit un super livre qui porte ce titre. Je vous le conseille fortement, il permet de s’interroger sur toutes ces dépenses qui nous paraissent normales et inévitables mais qu’on peut complètement supprimer!

  • Achetez d’occasion! Tout peut s’acheter d’occaz, les vêtements, les jeux vidéos, les appareils électroniques, les meubles… Avant d’aller en magasin ou de commander, jetez un oeil aux sites de reventes, leboncoin, marketplace, vinted, rakuten, etc. Vous trouverez peut être bien le même modèle que vous cherchez, bien moins cher.

  • Essayez d’avoir une juste valeur des choses pour tout! Personnellement, j’ai la sensation d’avoir une limite de prix inconsciente pour tout ce qui s’achète. Je refuse par exemple (sauf grande exception) de dépenser plus de 40 ou 50 euros dans une seule soirée au bar à boire de l’alcool alors qu’un pack de bière ou une bonne bouteille de vin coûte moins de 10 euros. Pour moi, au dessus d’un certain prix, les choses n’ont plus de sens. Demandez vous alors combien vous êtes prêts à mettre dans chaque chose avant de l’acheter et fixez vous des limites.

 

C’est la fin de cet article! J’espère vous avoir apporté quelques trucs qui vous permettront d’augmenter votre capacité d’épargne. Et si vous appliquez déjà tous ces conseils, félicitations, vous êtes sur la bonne voie. Et puis ça fait jamais de mal de se rafraîchir la mémoire ?

Pour conclure, je crois que le plus important reste avant tout de se questionner régulièrement sur sa consommation, d’essayer de l’optimiser en réduisant progressivement certaines habitudes et de remettre les choses à leur juste valeur.

En agissant ainsi, on se rend compte petit à petit qu’on peut se passer de beaucoup beaucoup de choses et que, finalement, les choses les plus importantes sont souvent celles qui ne coûtent rien!

Et puis, moins vous possédez de choses, moins vous dépensez, plus vous êtes libre!!

 

Et vous, avez vous d’autres astuces à partager pour dépenser moins ? Ai-je oublié un poste important selon vous ?

 

A bientôt!

 

Votre dévoué Frugalman ?

 

Image principale : Woman photo created by wayhomestudio – www.freepik.com

 

Abonnez-vous à la newsletter !

Abonnez-vous à la newsletter !

 

Et recevez en exclusivité mes prochains articles ainsi que le détail de mes actifs et de mes investissements

( 2 à 3 emails par mois )

Merci! N'oubliez pas de valider votre inscription dans l'email de confirmation